Carte blanche – 3ème année, 3ème module – On me dit que je suis fou

En troisième année de Florent, on écrit beaucoup de cartes blanches : des scènes, des moments qu’on a envie de montrer sur un thème particulier. Toutes ces cartes blanches ont principalement pour but d’être réutilisées, ou pas, ou des bouts, pour monter une création collective à présenter en fin de module (un module = 2-3 mois de travail avec un prof et un thème spécifique, ensuite on change).

Sur ce module, le thème est la folie, ou la folie d’un homme. Avec un thème aussi général, les idées peuvent venir rapidement. La texte suivant est une de ces cartes blanches, écrites pour l’occasion, mais que je ne ferai probablement pas tout de suite, il me semble encore un peu faible, j’y retournerai sans doute pour l’enrichir. Je le laisse là pour la postérité.


On, me dit t’es dur, t’es dur.
Je suis pas dur, je suis direct. Je dis les choses comme elles sont.
En prenant une voix de fausset
Faut être diplomate !
Je t’en foutrais de la diplomatie. T’as envie d’être diplomate quand un connard dans le métro reste assis sur son putain de siège alors que c’est bondé ? T’as envie d’être diplomate quand on te demande de réduire la durée de ta douche pour préserver la planète alors que les grosses sociétés polluent les océans ?

T’as envie d’être diplomate quand tu payes un putain de café trois balles avec un serveur qui tire la gueule, et une pinte de bière 12€ à république. De la pisse d’âne en plus, pas un de ces trucs de de bobos genre micro-brasseurs bios élevé au grain.

On me dit aussi, t’es intransigeant.
N’importe quoi, je suis pas intransigeant, j’aime pas qu’on se foute de ma gueule. C’est pas pareil. C’est pas être intransigeant que refuser de se laisser marcher sur les pieds. C’est pas intransigeant de ne pas apprécier les retards lors d’un rendez-vous avec des amis, c’est pas intransigeant de ne pas accepter qu’on nous parle mal, sous prétexte de… de.. je sais même pas pourquoi. La politesse, c’est la moindre des choses. Bonjour, Merci, au revoir, un sourire. C’est pas compliqué un sourire. c’est gratuit un putain de sourire. C’est pas être intransigeant que de vouloir le respect.

On me dit t’as tué des gens.
J’ai pas tué des gens. J’ai tué une personne. Ils ont dit : « Violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». N’importe quoi, bien sûr que je voulais le buter. Je voulais qu’il crève, lui faire bouffer son arrogance, son regard méprisant, ses choix débiles, prit juste pour asseoir son autorité. Quelle autorité ? T’es qui pour vouloir t’imposer. Libres et égaux en droit, tu connais ça ? Hein ? Tu connais hein ?

Cette phrase de trop, j’ai vu rouge. Et au lieu de me lâcher, il a continué, m’a acculé. Je suis devenu un animal. Un animal, ça fuit ou ça mord. Et moi je lui ai bouffé le visage.

Voix de fausset : Vous vous rendez pas compte, vous n’avez aucun remord ?
Je m’en veux pas. J’en ai rien à foutre qu’une pourriture disparaisse de la terre. Je lui ai fait du mal à lui mais combien j’en ai sauvé ? J’ai nettoyé la crasse.

Tu sais quoi ? Je crois que toi aussi tu t’en fous.

Allez, penses. Franchement. Ce qui t’empêche vraiment de buter quelqu’un c’est les conséquences, la loi, les flics, la prison. Mais c’est pas ton empathie, hein. C’est pas parce que voix de fausset c’est pas bien de tuer des gens. Toi aussi tu veux le crever le mec qui t’as fait une queue de poisson sur l’autoroute. Ta mère qui te gueulait dessus et qui puait de la gueule la vinasse qu’elle avait bue sur le palier pour pas que tu vois. Ton patron qui te fait chier tous les matins avec tes 5 minutes de retard alors que tu restes tous les soirs pour finir tes putains de dossiers, Dupont, Martin, Pichon, qui te refuse une augmentation pour la quatrième année consécutive alors que lui il vient de se prendre un +15 %, avec un beau bonus pour les projets de cette année. Les flics qui frappent les manifestants pacifiques ? Les mecs qui se font exploser dans une foule ? Même des gamins t’as envie de les crever avoue. Le petit con qui tire les cheveux de ta gamine et a qui ses gros cons de parents ne disent rien, voix de fausset pauvre chou, on va pas le traumatiser, c’est de son age, c’est un garçon, c’est comme ça les garçons.

Ta pute de copine qui se fait ramoner en soirée et qui fait mine d’avoir tout oublié, ton petit ami qui oublie ton anniversaire, ta date de rencontre, et même ton prénom quand vous baisez tristement après téléfoot, la grand-mère qui compte et recompte sa monnaie dans la file d’attente du magasin un samedi après-midi quand tes mômes te hurlent dessus pour des bonbons ou je sais pas quelle merde.
Tous, tu veux tous les buter.

Si on avait le pouvoir de tuer par la pensée une personne dans le monde, n’importe qui, sans conséquence, je peux te jurer que l’humanité entière disparaîtrait en moins de 5 secondes.

Tu dis plus rien. Tu crois que je suis fou ? Mais c’est pas moi le cinglé, c’est tous les autres. Être fou c’est ne pas savoir ce qu’on fait, c’est se faire des illusions, c’est croire que ça ira mieux demain. Être fou c’est être une victime, aveugle, sourde et muette, tu connais les trois singes ?
Mime les trois singes

Je suis pas fou.
Je suis lucide.
Alors je vais fermer ma gueule, je serai un prisonnier modèle, tout ce que vous voulez que je sois, je le serai.
Et quand je sortirai d’ici, je vous montrerai exactement ce que c’est d’être fou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *